En contradiction avec le bonheur


Prendre la responsabilité de sa vie
c’est tout d’abord s’arrêter pour mieux repartir;
c’est de savoir s’observer pour arrêter de souffrir.
Mireille Chevalier

Relation amoureuse, relation amicale, relation familiale, relation au travail, relation à soi… lorsque plus rien ne fait de sens dans notre vie, comment faire pour reprendre le contrôle de celle-ci?

Rupture, perte ou changement d’emploi, maladies, traumatismes, insécurité financière, dépression, situations répétitives… la vie ne manque pas de nous présenter des défis. Et si ces défis se pointaient dans votre vie afin que vous puissiez davantage vous observer, mieux vous connaître et ainsi les relever?

Et si ces défis se pointaient dans votre vie afin que vous puissiez davantage vous observer, mieux vous connaître et ainsi les relever?

Or, avec le rythme effréné dans lequel on vit, c’est considéré comme un art de prendre le temps de s’observer pour voir s’opérer nos patterns profondément ancrés.

Et pourtant, ce fameux temps est la CLÉ ULTIME à la libération de nos souffrances… la CLÉ ULTIME vers une meilleure connaissance de soi… la CLÉ ULTIME pour une plus grande conscience.

Malgré cette grande vérité qui nous apparaît bien évidente à cet instant, il en est bien souvent autrement dans notre quotidien.

FUIR pour survivre?

En fait, dans la «vraie vie», dans cette culture du «faux bonheur» nous voulons fuir le négatif à tout prix, dans l’espoir de le voir se défiler, se volatiliser. Alors que, sans le savoir, c’est ce qui nous maintient dans la souffrance : l’IGNORANCE.

Ne dit-on pas que ce que l’on fuit nous suit, ce à quoi l’on fait face s’efface?

Le temps est venu mes amis d’oser regarder la situation en face, de prendre ses responsabilités et de cibler les endroits où vous avez le pouvoir d’agir afin de voir votre situation s’améliorer.

Sans quoi, vous serez témoins de situations que vous ne souhaitez plus toute votre vie durant et la seule option qui restera sera la fuite puisqu’il s’agit-là d’un bon vieux réflexe profondément ancré.

Or, les conséquences de la fuite sont subtiles au tout début mais par la suite prennent de l’ampleur.

Jusqu’au jour où vous aurez le sentiment de ne plus savoir qui vous êtes, ce que vous aimez ni ce que vous voulez. Rendu à ce point, on se sent bien souvent perdu, un peu comme dans un épais brouillard, et on ne sait plus par où commencer pour reprendre le contrôle de votre vie.

Lorsque s’installe le vide intérieur…

C’est alors que vous tomberez dans la quête de votre identité. Vous partirez à la recherche du «je ne sais trop quoi» pour tenter de combler ce vide intérieur qui menace de grandir à toute heure.

Malheureusement, trop de personnes croient que ce vide intérieur est causé par des éléments extérieurs. Elles se départissent ainsi de leur pouvoir d’agir sur les situations.

C’est là qu’elles deviennent à risque de prendre des décisions sur le coup de l’émotion et de regretter par la suite leurs pensées ou leurs actions.

En d’autres mots, faute de croire en nous, en notre potentiel, nous nous privons nous-même de grandir et de vivre de belles réussites.

Nous courrons plutôt après le temps, optant pour la fuite ou le néant; il s’en dégage alors vide et un sentiment d’épuisement.

J’aime faire la comparaison entre un boxeur et les épreuves vécues qui se présentent au quotidien. Il est évident que c’est impossible pour un boxeur d’être sur le ring 24 heures/24, sans quoi il serait menacé d’un état d’épuisement physique  important.

Dans la vie, comme pour le boxeur, il faut savoir s’arrêter, pour s’observer et ensuite faire les choses différemment.

Croyez-moi mes amis, pour avoir vu s’opérer de multiples changements durant mes interventions à titre de travailleuse sociale, vous possédez en vous, tous et toutes sans exception, ces richesses qui vous permettent de vivre heureux et de vous épanouir pleinement.

Le point de départ est sans aucun doute de croire en vous et de prendre le TEMPS…

 

Vous avez aimé? Je vous invite à partager!

Mireille Chevalier, Travailleuse Sociale, Membre de l’OTSTCFQ

Coach en neurosciences, Formatrice en entreprise (Stress, Anxiété, Dépression)

Superviseure d’étudiants en stage au BAC en travail social.

Experte en changement et en responsabilisation, Mireille Chevalier a pour mission d’insuffler, chez les individus ou dans les organisations, une volonté de s’engager dans un processus de changement, peu importe ce qu’ils désirent voir s’améliorer et/ou changer et de les inciter à passer à l'action afin qu’ils se réalisent pleinement.