Dépression ou Des pressions?


La dépression fait mal. Elle nous conduit vers les bas-fonds de notre existence jusqu’à des profondes remises en question. La tristesse, la colère, l’incompréhension sont souvent les émotions présentes. La peur nous assaille et elle tente de nous faire croire que tout est fini, qu’il n’y a pas ou peu d’espoir.

Et si la dépression ou le Burnout n’était qu’une opportunité de prendre un certain recul face à notre situation pour en apprendre un peu plus sur nous et pour décider de choisir de faire autrement?

Et si la dépression n’était qu’un rite de passage vers une vie meilleure?

Dans la vraie vie, la dépression fait mal.

Alors que les statistiques démontrent une forte croissance du nombre de personnes ayant reçu un diagnostic de dépression, paradoxalement, la personne qui se retrouve cette situation ne s’est jamais senti aussi seule.

Au-delà des statistiques, il y a l’humain. Il y a cette personne qui souffre de sa condition et qui tente, tant bien que mal, de tout mettre en œuvre pour assurer sa guérison.

Lorsqu’une personne se retrouve dans cet espace de très grande vulnérabilité, il lui est difficile de savoir par où commencer. Ce que j’appelle aussi le cancer de l’âme s’explique d’un point de vue scientifique, mais la douleur elle, s’explique difficilement. Elle se vit tout simplement.

Au fait, toutes ces personnes que j’ai accompagnées dans le cadre de ma profession et qui se retrouvaient en situation de dépression ou d’épuisement, sans exception, portaient sur elles la honte d’avoir échoué. Toutes ne comprenaient pas ce qui avait bien pu se produire, se sentant incapables ou hésitantes d’en parler, de peur d’être jugées.

Le point de départ pour gravir les échelons vers la guérison d’un épuisement ou d’une dépression passe nécessairement par l’admission de son état, par une meilleure compréhension de ce qui nous arrive. Viendra par la suite le moment de s’enrichir de connaissances, permettant l’application d’outils afin de vivre des changements positifs. Le but ultime: comprendre et retenir l’enseignement qui se cache derrière cette terrible épreuve.

Une chose est certaine, tous et toutes ont les capacités de relever une telle difficulté lorsqu’elle se pointe dans sa vie. Et si, en lisant ces mots vous vous dites : -Mireille, vraiment? Tu y crois vraiment?

La réponse est OUI!

Question de statistiques

Au moment où j’écris ces lignes, l’Organisation mondiale de la Santé (2017) mentionne que «la dépression est la première cause d’incapacité dans le monde et contribue fortement à la charge mondiale de la maladie».

Au Québec, l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal stipule qu’il s’agit de la 2e maladie la plus diagnostiquée (20%) suivant de près la première (23%) qui est : Les maladies cardiovasculaires. Le cancer représente 11% des cas.

Malgré ces données, la maladie mentale demeure un tabou. Près des 2/3 des personnes ayant reçu un diagnostic, n’iront pas chercher de l’aide dont ils ont tant besoin. C’est pourtant alarmant si l’on considère que la dépression fait plus de victimes (par décès) que les accidents de la route au Québec (Institut universitaire en santé mentale de Montréal, 2017).

Il y a tant à faire pour sensibiliser les gens à cette maladie. Il y a tant à faire pour démystifier tout ce qui se passe réellement lorsque nous sommes touchés par celle-ci.

Dépression ou DES pressions?

Un jour, lorsque je me suis retrouvée en situation d’épuisement complet dans le cadre de mon travail, j’ai dû accepter, moi aussi, que malgré mon bon vouloir, mon corps ne suivait plus. Il m’ordonnait ma conduite et je n’y pouvais rien. J’étais confrontée à un sentiment d’impuissance très grand et c’était très loin d’être ce que je désirais.

Plus précisément, je dormais des 12-15 heures par jour. C’était horrible! Moi pour qui 7 heures de sommeil suffisaient amplement, j’étais incapable de demeurer plus de 3 heures consécutives éveillée. Je ne comprenais pas ce qui était en train de se produire et j’étais habitée par la peur de ne plus jamais redevenir comme avant.

J’ai donc fait de multiples recherches afin de m’assurer de réunir toutes les conditions gagnantes me permettant de me rétablir. Après 6 semaines à suivre à la lettre un plan de rétablissement, devant le peu de résultat, j’ai vécu une forte période de découragement. Dépassée, je suis allée chez le médecin et ce fut une infirmière extraordinaire qui m’a prêtée son écoute. Sans même le savoir,  elle s’apprêtait à prononcer ces paroles qui allaient à tout jamais, changer ma vie.

Je lui dit: -Madame, je suis si découragée.  Malgré le fait que je fasse tout ce qui est en mon pouvoir pour assurer mon rétablissement, rien ne semble aller en ce sens. Je donne tout le repos nécessaire à mon corps, je m’assure d’une bonne alimentation, je tente de faire un peu de sport, mais en vain. Je suis certaine que c’est autre chose qu’une dépression, sinon logiquement, avec tous mes efforts, je serais déjà sur pied il me semble!

Sa réponse fut révélatrice. Elle m’a dit:

-Mireille, vous êtes vraisemblablement en résistance devant le diagnostic que vous avez reçu. Puisque vous êtes incapable d’admettre que vous vous retrouvez présentement en dépression, si je vous disais que c’est à force d’avoir vécu trop DE PRESSIONS, que vous vous êtes retrouvée dans cette situation. Et ce que vous n’avez pas compris c’est: si c’est à force de vivre trop de pression que vous en êtes venue à vivre une dépression, ce n’est pas en vous mettant des pressions que vous allez guérir!

Quelle prise de conscience. Je crois avoir gardé le silence pendant plusieurs minutes, le temps d’assimiler cette grande vérité. Je me suis mise à «comptabiliser» toutes ces pressions que je vivais depuis un moment déjà: tant au travail que dans ma vie personnelle.

Et je me suis mise à considérer ce que l’infirmière m’a dit: -Si ces pressions que j’avais subi (que je m’étais imposées à vrai dire) étaient la cause de mon état actuel? Je me suis mise à réfléchir… cela voulait aussi dire que j’avais le choix d’éliminer sinon de réduire certaines sources de pression toujours présente dans ma vie à ce moment-là pour me rétablir!

J’étais tout à coup convaincue que je pouvais agir et qu’il m’était possible d’apporter des changements à ma vie afin de m’assurer un prompt rétablissement. Je voyais enfin la lumière au bout du tunnel!

Reprise de pouvoir sur sa vie

À partir de ce point, j’ai compris que j’avais le pouvoir de  choisir ma vie. Comme j’étais heureuse et confiante tout à coup!

C’est après 4 mois  à appliquer les conseils que m’ont transmis infirmières, thérapeute et médecins, que j’ai progressé vers une bonne santé et que j’ai effectué un retour au travail. Pour finalement constater que, dans ce milieu où j’œuvrais, il y avait un trop grand nombre de pressions sur lesquelles je ne pouvais agir, j’ai donc pris la décision de quitter cet emploi et d’ouvrir ma propre pratique privée.

Depuis, j’accompagne des gens qui vivent différentes difficultés dans leur vie, dont plusieurs hommes et femmes aux prises avec l’épuisement ou la dépression. J’ai beaucoup appris sur les autres mais aussi sur moi. Je suis maintenant en mesure d’identifier quels sont les symptômes précurseurs et ainsi éviter de me retrouver à nouveau dans une telle situation. J’ai compris qu’il  était possible de faire autrement et que l’être humain ne se retrouve pas dans l’obligation de revivre cette situation à répétition.

C’est d’ailleurs une question qui m’est régulièrement posée lorsque je donne des formations en entreprise : – Mireille, est-ce vrai de dire que si j’ai vécu une dépression, je suis à haut risque d’en vivre à répétition?

Quoique je ne suis pas médecin, je sais et je demeure persuadée que si nous prenons conscience de notre façon de fonctionner, si nous comprenons bien les éléments qui nous menacent de nous conduire vers une situation d’épuisement ou de dépression, qu’il est possible d’éviter de revivre cette souffrance infernale.

Ce qu’il faut savoir, c’est que nous pouvons agir. Il s’agit parfois de petits changements, de prise de conscience sur notre mode de fonctionnement et sur notre environnement pour donner une nouvelle orientation à sa vie.

Programme de Formation STOP à la dépression

C’est lors de mon retour au travail que j’ai constaté que je n’étais pas la seule à avoir traversé cet enfer. Que plusieurs, tout comme moi, portait la honte lors de leur retour en poste. J’ai aussi pris conscience du contexte de performance dans lequel la société s’est inscrit et c’est ce contexte qui nous menace principalement, surtout si nous n’en prenons pas conscience.

Depuis, ma mission est d’éduquer et d’aider les gens à mieux comprendre ce qu’est la dépression et l’épuisement. J’aspire à leur permettre de mettre en place des stratégies concrètes pour éviter l’épuisement tout en étant performant. Car il faut l’admettre, nous sommes tous et toutes appelés à être performants tant dans le cadre professionnel que personnel.

De cette mission, en découle une formation: STOP à la DÉPRESSION qui sortira très prochainement. Cette formation vise à 1) expliquer les principaux éléments nous menaçants de se rendre à la dépression ou à l’épuisement, 2) à identifier les stades de la maladie 3) à savoir quoi faire pour assurer son rétablissement.

J’y transmets également des techniques concrètes afin d’utiliser tout le potentiel de notre corps, pour le transformer en «pharmacie». Enfin, une prise de conscience est de mise et je permets, dans cette formation de rendre à l’évidence des choix à prendre pour assurer le bien-être des gens dans leur situation.

Tel que le nommait Dr Danie Beaulieu, dans sa formation : Gravir les échelons du burnout ou de la dépression, le fait de mieux comprendre ce qui nous arrive, c’est déjà plus de 50% de notre guérison.  C’est pourquoi, j’ai préparé une formation, des plus complètes sur le marché.

Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur cette formation qui sortira dans les semaines qui suivent, je vous invite à vous inscrire sur mon site internet et vous recevrez toutes les informations. Cliquez ici pour ce faire : www.mireillechevalier.ca

Mireille Chevalier, Travailleuse sociale

Experte en changement et en responsabilisation

Experte en changement et en responsabilisation, Mireille Chevalier a pour mission d’insuffler, chez les individus ou dans les organisations, une volonté de s’engager dans un processus de changement, peu importe ce qu’ils désirent voir s’améliorer et/ou changer et de les inciter à passer à l'action afin qu’ils se réalisent pleinement.